Le Conseil départemental lance la marque In Seine-Saint-Denis. Tout naturellement, le Salon devient ambassadeur de cette marque porteuse de diversité, de vitalité, de la créativité des réussites économiques, sociales, éducatives, sportives et culturelles qui font grandir le département.

 

Rendez-vous au Salon avec des projets et des acteurs qui vivent #InSeineSaintSenis

 

Mercredi 30 novembre à 15h
Ce que disent les fleurs, atelier avec l’illustratrice Gwen le Gac

 

« En Seine Saint Denis je me sens chez moi. J’y habite, j’y travaille, mes filles sont scolarisées ici. Ce territoire symbolise pour moi l’ouverture, la résonance avec le monde. Ce mélange m’est indispensable pour vivre et créer. Une forme d’identification. Artiste, je me sens toujours un peu en marge. Ici j’ai (re) découvert l’engagement, le mien à travers des rencontres puissantes des enfants de Seine-Saint-Denis et celui des acteurs du monde de la littérature jeunesse. Ici on s’engage, sans chichis, on ne peut pas faire les choses à moitié. »
Gwen le Gac (auteure, illustratrice)

 

De Seine-Saint-Denis en Argentine

Gwen le Gac vient d’obtenir la bourse « Hors les murs Stendhal » de l’Institut français qui soutient chaque année des auteurs francophones souhaitant séjourner à l’étranger, durant un mois au moins dans le cadre d’un projet d’écriture. L’artiste mènera un projet de livre en Argentine autour des rituels masqués du peuple Chané.
En savoir [+]

 

Jeudi 1er et vendredi 2 décembre à 10h30
Les Petits Champions de la Lecture
En savoir [+]

 

Lundi 5 décembre dans le MÏCE numérique
WI-filles et Class’code
Programme du MÏCE

 

Jusqu’au 29 février 2017
Exposition de Julie Stephen Chheng (Médiathèques de Plaine Commune)
En savoir [+]

 

Ils aiment et vivent en Seine-Saint-Denis

 

« La Seine-Saint-Denis est un territoire important à mes yeux. J’y aime sa diversité culturelle, sa richesse humaine et créative, sa jeunesse et son dynamisme. Il y a là un terreau fertile d’expérimentations et d’initiatives culturelles, sociales et environnementales auquel je participe.
En tant qu’auteure-illustratrice de livres jeunesse, ou organisatrice de projets culturels, je travaille dans des écoles, des médiathèques, des centres sociaux, des centres de PMI ou encore des ludothèques. L’occasion de beaux moments de partage avec des enfants et des adultes de ce département.»
Candice Hayat (auteure, illustratrice de livres jeunesse)

 

 

« Récompensé à plusieurs reprises pour mes romans, mes dictées géantes et autres actions, je dois bien entendu mon énergie et ce que je suis à la Seine Saint Denis, département où je suis né, où je me suis épanoui, où je vis et conçois mes projets. In Seine Saint Denis est le moyen de démontrer la créativité et l’énergie de ce département.»
Rachid Santaki (journaliste, romancier, scénariste et entrepreneur)

 

 

 

« Je travaille en Seine-Saint-Denis depuis quinze ans, à Saint-Denis, à Villepinte, j’y habite depuis peu, à Noisy-le-Sec. Ce qui me frappe, malgré les inégalités et difficultés sociales, c’est l’énergie de ce département, de ses habitants, une énergie qui tient sans doute à la jeunesse, aux différentes cultures populaires mêlées, aux multiples langues et accents, à la diversité des lieux de vie, de travail et de loisirs.
Cette énergie, c’est celle de la vie, des passions joyeuses qui poussent vers l’avant, ce sont aussi des parcours, des trajectoires, des histoires, de celles dont les écrivains s’emparent, qu’ils racontent. Au moins deux de mes livres se passent, ou sont inspirés, par la Seine-Saint-Denis. La littérature se passe ici, parce qu’il y a des gens qui ont des choses à dire, à écrire, à vivre. »
Sylvain Pattieu (auteur, maître de conférence en histoire contemporaine à l’université Paris 8)

 

 

« Je ne suis pas un pèlerin. Je n’ai pas l’impression de mener une « œuvre sociale » en intervenant dans une école de Seine-Saint-Denis. Pour moi, un enfant de nationalité pakistanaise habitant Le Bourget, un enfant des montagnes d’Isère et un petit bordelais sont d’abord des enfants, c’est-à-dire des êtres curieux, ouverts sur le monde, sans apriori. Mes échanges avec eux seront les mêmes, la manière de parler de mon travail, identique. D’un territoire l’autre, il est important pour un auteur de rester lui-même. La sincérité est, plus qu’une une morale, un pacte passé avec soi-même. C’est cette première qui, avant tout, sera reçue. »
Bruno Gibert (auteur, illustrateur)