Accueil > l’école > Fabrique des lecteurs > Culture et Art au Collège

Le plan départemental « La Culture et l’Art au Collège » initié en 2009 par le Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis en partenariat avec l’Éducation nationale et la DRAC Ile-de-France, s’adresse aux 120 collèges publics de Seine-Saint-Denis et a pour singularité de placer, au cœur des projets, la relation aux artistes, aux scientifiques, à la création et à la recherche.

 

Des parcours très créatifs pour les collégiens de Seine-Saint-Denis

En choisissant de faire entrer, massivement et durablement, les arts au collège, le Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis entend contribuer pleinement à la réussite scolaire des élèves.

Tout au long de l’année scolaire, 40 heures de parcours conjuguent sorties culturelles et pratique d’une discipline artistique ou scientifique, encadrées par des créateurs ou des chercheurs.

 

Depuis 2009, 35 parcours ont été coordonnés par l’équipe de l’École du livre de jeunesse dont 5 nouveaux en 2015-2016.

Les parcours « La Culture et l’Art au Collège » offrent de véritables opportunités d’approcher de près la création pour en décoder, avec des artistes, tous les processus. Durant l’année scolaire  2015/2016, les parcours accompagnés par l’École du livre de jeunesse aborderont des genres, des supports et des matières très diverses. L’occasion pour les collégiens de Seine-Saint-Denis d’appréhender les inspirations, les pratiques et la singularité des artistes qui seront, en lien avec l’équipe pédagogique, moteurs et meneurs des activités partagées.

 

 

Projet exquis

 

Avec Audren, auteur-interprète et une classe de 6ème – Collège Jean Moulin à Neuilly-Plaisance

 

Tout en poursuivant son activité de romancière et de chanteuse, Audren se tourne de plus en plus vers l’écriture et à la réalisation cinématographique. Son premier court métrage vient de sortir et elle travaille actuellement à l’adaptation de deux de ses romans.

 

Afin de combiner son actualité (la publication en mai de son dernier roman Mon chien est raciste) et ses multiples centres d’intérêts, Audren souhaite mettre en avant la possibilité d’une création pluri-disciplinaire. Son objectif : travailler à l’écriture et à la réalisation d’un court métrage construit comme un cadavre exquis, avec la thématique du racisme comme fil conducteur.

 

Tout l’intérêt du parcours réside dans ce croisement des arts et dans la manière ludique et interactive de construire les échanges et les séances. L’objectif étant de confronter la classe au processus créatif et d’imaginer une oeuvre collective, faite des interventions de chacun. Les dialogues du film seront composés d’autant de répliques qu’il y a d’élèves. Ils seront à la fois auteurs, réalisateurs et acteurs de leur propre film. Ce projet soulève également les questions du traitement d’un sujet et de l’importance du support que l’on utilise pour faire passer son message, qu’il soit cinématographique, littéraire ou musical. Aborder un sujet délicat mais le traiter de façon poétique ou ludique : rien d’impossible pour Audren.

 

 

Mon Chien est raciste

 

Mon chien est raciste, Audren, Albin Michel Jeunesse

 

 

De la page à l’écran et inversement

 

Avec Claudine Desmarteau, auteure-illustratrice et une classe de 4ème – Collège Jean Jaurès à Montreuil

 

Claudine Desmarteau est auteur-illustratrice et dessinatrice de presse. Émaillés de dessins efficaces et sans complexe, ses albums et romans empruntent un style très contemporain, un ton à la fois authentique et effronté. Un univers en connexion avec la jeunesse d’aujourd’hui ! Passionnée de cinéma (elle en a d’ailleurs quasiment fait un personnage à part entière dans son roman, Troubles, publié chez Albin Michel), elle s’intéresse particulièrement à toutes les questions d’adaptation du livre à l’écran. Suite à sa participation à un stage de 6 mois, sur l’écriture scénaristique et l’adaptation, à la FEMIS (école nationale supérieure de l’image et du son), elle a produit un synopsis ainsi qu’un scénario avec des dialogues à partir de son roman, Troubles. Une première mouture qu’elle est en train de développer.

 

En résonnance avec ce projet, Claudine Desmarteau étudiera avec les élèves les rapports, les passerelles entre la littérature et le cinéma. Elle les formera, tout d’abord, à l’analyse filmique à partir de l’étude de scènes mythiques ou de longs-métrages, pour ensuite produire avec eux textes et dessins à partir d’exercices consignés dans un carnet de notes et de croquis. Un des films sur lequel elle souhaite s’attarder est La nuit du chasseur de Charles Laughton, dont l’image et l’atmosphère sont extrêmement fortes. Un chef d’oeuvre qui joue sur les dichotomies (le bien-le mal, les adultes-les enfants, le jour-la nuit) et qui fait parfaitement écho à son roman, Troubles.

 

Claudine Desmarteau a déjà mené un parcours Art et culture au Collège en 2012-2013 . Ce parcours explorait et interrogeait très clairement son processus créatif avec la réalisation d’un carnet de croquis par chacun des participants (élèves, enseignants et artiste). Cette année, elle souhaiterait porter un parcours autour du lien entre cinéma et littérature et comment chaque art se nourrit de l’autre. Une démarche qui confrontera l’écrit et l’image, la page et l’écran, qui pointera leurs spécificités, leurs particularités.

 

Le Petit Gus au collège

Le petit Gus au collège, Claudine Desmarteau, Albin Michel

 

 

 

Parler pour parler c’est la formule de délivrance

 

avec Dominique Richard, auteur et une classe d’accueil – Collège Barbara à Stains

 

 

Dominique Richard travaille actuellement sur un nouveau texte autour de son personnage Rosemarie. Par ailleurs, en mars 2016, il mettra en scène « Les Cahiers de Rémi » au théâtre Jean Vilar de Vitry. Il tisse à travers les cahiers du personnage, le portrait éclaté et incertain d’un jeune d’aujourd’hui qui quitte imperceptiblement l’enfance. Enfin, en octobre 2016, il présentera « L’enfant cachée dans l’encrier » de Joël Jouanneau au théâtre du jeu de Paume d’ Aix-en-Provence, texte qui aborde une nouvelle fois, le temps de l’enfance, de l’attente, de l’ennui et de la rêverie.

 

Toute l’oeuvre de Dominique Richard est centrée sur l’intime et la question de l’identité personnelle, thématiques qui serviront de point de départ à son parcours. Explorer les possibles déclencheurs d’écriture : la mémoire, l’imaginaire, les mots, les sensations…pour saisir ces expériences constitutives de l’identité personnelle et en faire des récits. Voici l’enjeu de ce projet collectif qui vise à formuler des questions communes, mettre des mots sur l’insaisissable et « fabuler ensemble ». Par ailleurs, ce parcours entre en résonance directe avec les projets d’animation qu’il mène depuis des années face à des publics jeunes ou en difficulté.

 

Face à des élèves non francophones, Dominique Richard axera son parcours sur des ateliers d’écriture et de mise en voix. Une manière de participer activement à l’appréhension et l’apprentissage de la langue. Fidèle à la thématique de l’enfance et de l’intime qui traverse son oeuvre, il proposera aux élèves un parcours empreint de questionnements communs à tous.

 

 

L'enfant aux cheveux blancs

 

L’Enfant aux cheveux blancs, Dominique Richard, Éditions Théâtrales

 

 

Près pour la balade ?

 

Avec Taï Marc Le Thanh, auteur de littérature de jeunesse et une classe de 3ème – Collège Jean Lurçat à Saint-Denis

 

Taï-Marc Le Thanh travaille actuellement à un nouveau roman, récit d’un voyage imaginé entre Paris et San Francisco, qui aura pour toile de fond un contexte post-apocalyptique. Un voyage qu’il ne fait pas physiquement mais qu’il trace de ville en ville au fil des chapitres. Dans ce récit, l’auteur s’attache à décrire des éléments du quotidien auxquels on ne prête parfois que peu d’attention mais qui prennent, suite à leur disparition, une toute autre valeur. En résonance directe avec ce projet d’écriture, Taï-Marc Le Thanh souhaite inviter les élèves à réaliser leur propre carnet de voyage. Le voyage relaté aura pour espace-temps leur environnement quotidien. Sa finalité : présenter leur univers comme un endroit unique pour apprendre à sublimer le quotidien.

 

Taï-Marc Le Thanh propose ce parcours pour la première fois. Un parcours conçu sous forme de balade. Un voyage exceptionnel au coeur du quotidien. Pas de déplacement physique à proprement parlé mais essentiellement un regard affuté, une attention soudaine portée aux détails, aux objets et à leur histoire afin d’en dégager l’aspect extra-ordinaire. En partant des principes qui pour lui régissent l’acte créatif, Taï-Marc Le Thanh invitera les élèves à redécouvrir leur environnement direct notamment en les sensibilisant à l’idée de différence et d’authenticité. Voici toute l’originalité de ce projet qui offre une place privilégiée à la liberté de création et à la diversité de l’expression artistique.

 

 

Jonah tome 4

 

Jonah, La Nuit des Fugitifs – Tome 4, Taï-Marc Le Thanh, Didier Jeunesse

 

 

Portrait(s)

 

Avec Julie Bonnie, auteure et une classe d’accueil – Collège Jean de Beaumont à Villemomble

 

 

Julie Bonnie travaille à la réalisation complète (écriture, mise en son et en musique) de la série pour enfants « Guillemette » et à la création d’une fiction adulte (pour Arte Radio). Elle poursuit également sa collaboration avec la compagnie du Cincle Plongeur. En 2016, elle publiera chez Albin Michel une série à destination des pré-ados. Par ailleurs, elle participe à chaque numéro de la revue « Portrait » sous forme de nouvelles ou de portraits-interviews.

 

En tant que collaboratrice de la revue « Portrait », Julie Bonnie a souhaité se pencher avec la classe sur ce genre singulier, tout en intégrant un versant musical au parcours. Comment dresser un portrait ? Quels outils, quels angles, quels points de vue adopter ? : Des questions auxquelles les élèves seront amenés à répondre en travaillant à la création de portraits écrits et musicaux. Dans la seconde partie du parcours, Julie Bonnie apportera son expérience de musicienne, offrant ainsi à ce projet une ouverture réelle vers la création artistique.

 

En s’adressant à une classe d’accueil (élèves non francophones), le parcours de Julie Bonnie mise sur la découverte d’un lexique spécifique et d’une palette de formes (texte, musique, dessin, photo…) extrêmement riche. Ce parcours autour de portraits multiples et variés permettra d’aborder également les notions de sensibilité et de points de vue autant que la façon dont les arts et les formes peuvent se croiser et entrer en résonance les uns avec les autres. Le dialogue sera au coeur de ce projet. Le portrait, pour elle ? “C’est s’enthousiasmer de partager le regard que l’on pose sur une personne, dans une lumière toute subjective. »

 

 

Le Lion des montagnes

Le Lion des montagnes, Julie Bonnie, Rouergue